Issu d’une famille de musiciens, Raphaël Perraud a fait ses études au CNSMD de Paris où il obtient les Premiers Prix de violoncelle (classe de Jean-Marie Gamard) et de musique de chambre. Il a aussi participé à un cycle de perfectionnement au CNSMD de Lyon dans la classe d’Yvan Chiffoleau ainsi qu’à des masterclasses auprès de Janos Starker, Roland Pidoux et Siegfried Palm. Lauréat de plusieurs concours internationaux, il remporte en 1994 le Concours « Printemps de Prague », accompagné de plusieurs prix spéciaux (Prix d’interprétation de l’œuvre contemporaine, Prix de la fondation « Printemps de Prague ») et du don d’un violoncelle. Chambriste, il se produit aux côtés de Guy Braunstein, Lise Bertaud, Svetlin Roussef, Amihai Grosz, Sarah et Deborah Nemtanu, Nicolas Dautricourt, Éric Lesage, Emmanuel Pahud, Paul Meyer, Daishin Kashimoto, Franck Braley... Il a fait partie du Quatuor Renoir pendant cinq ans, avec lequel il a fait plusieurs tournées (Asie du sud-est, Canada, Espagne) et obtenu le Prix du ministère de la Culture en 2003 au Concours international de quatuor à cordes de Bordeaux. 

Raphaël Perraud aime à se laisser guider au gré des projets. Ainsi, il s’associe à la danseuse Veronica Vallecillo pour un spectacle « Bach-Flamenco » ; il aborde d’autres styles de musique, notamment la musique de film, par le biais du Traffic Quintett ; il collabore également avec Hector Obalk dans la série Grand’Art consacrée à la peinture. Parmi ses enregistrements, on peut citer la Sonate « Arpeggione » de Schubert avec le harpiste Nicolas Tulliez, ainsi que les Trois strophes sur le nom de Sacher de Dutilleux enregistrées en présence du compositeur dans le cadre du festival « Sonates d’automne ». Il participe à l’enregistrement de l’intégrale de la musique de chambre de Brahms au côté de Geoffroy Couteau et Amaury Coetaux (La dolce volta). Raphaël Perraud s’est produit en soliste avec de nombreux orchestres tels que l’Orchestre National de France, l’Orchestre symphonique de Mulhouse, l’Orchestre de chambre de Toulouse, l’Orchestre philharmonique de la radio de Prague, l’Orchestre philharmonique de Pardubice, l’Orchestre de chambre Josef Suk, l’Orchestre philharmonique de Brno, avec lesquels il a interprété les concertos de Haydn, Dvorak, Saint-Saëns, Strauss, Brahms, Chostakovitch, Lalo. Il est depuis 2005 violoncelle super soliste de l’Orchestre National de France. 

Antoine Tamestit - Photo : lenaka

Philhar’Intime / Bach, L’Art de la fugue

« Qui suis-je ? » interroge, taquin, Antoine Tamestit dans sa biographie. « Musicien et altiste passionné, je joue des récitals, des concertos et de…
voir