Lutoslawski in memoriam Bartok

Mercredi 30 avril 2014

Lutoslawski composa en 1954 une Musique funèbre pour cordes à la manière de Bela Bartok. Elle nous reviendra le 22 mai sous la direction de Daniele Gatti.

Cette œuvre (Muzyka żałobna) de Lutoslawski aurait dû, en toute logique, voir le jour en 1955. Elle fut en effet suggérée par le chef d’orchestre Jan Krenz qui souhaitait proposer au compositeur polonais de célébrer en musique les dix ans de la mort de Bela Bartok (1881-1945) ; Lutoslawski éprouvait une passion en effet pour la musique de Bartok et était sur le point de donner lui-même un Concerto pour orchestre (créé en 1954). La composition de la Musique funèbre prit du retard cependant, et c’est seulement le 26 mars 1958, à Katowice, par l’Orchestre Symphonique National de la Radio Polonaise dirigé par Jan Krenz, qu’on put entendre cette partition âpre, tendue, dans laquelle Lutoslawski utilise à sa manière la technique des douze sons : « Le thème sur lequel s’appuie la musique est une mélodie de 12 notes composée exclusivement de tritons et demi-tons, soit un monde mélodique beaucoup plus proche de Bartok que de Schoenberg, Berg, ou Webern, et qui remonte aux propres œuvres de jeunesse de Lutosławski comme les Deux Études, les Variations sur un thème de Paganini, la Première Symphonie et l’Ouverture pour instruments à cordes », écrit Steven Stucky.

Lutoslawski n’a toutefois pas souhaité célébrer directement la musique de Bartok, et toute référence à la Musique pour cordes, percussion et célesta, par exemple, serait artificielle. Certains ont cru voir dans le « Prologue », cependant, un hommage au grand contrapuntiste qu’était Bartok. A ce premier épisode qui utilise la forme du canon, succèdent des « Métamorphoses » qui commencent dans une ambiance morne trouée de pizzicatos. La musique s’anime peu à peu et se poursuit dans une manière d’ivresse virtuose qui conduit directement à l’« Apogée » (les quatre séquences sont jouées sans interruption) qui est en effet un sommet de douleur et de tension. L’« Épilogue » final retrouve l’esprit du « Prologue » et fait peu à peu se dissoudre la musique, dont ne restent que quelques notes de violoncelle, dans la désolation.

 

Christian Wasselin

 

Le concert du 22 mai sera diffusé en direct sur France Musique et sur le réseau de l’UER.

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL